Pakistan : tentative d’assassinat sur une sympathisante de la TMI – Halte à la barbarie !

Print Friendly, PDF & Email

Les souffrances du peuple du Pakistan sont très peu connues en Occident. Un voile de silence couvre soigneusement le nombre de personnes tuées chaque jour par les drones américains ou assassinées par les talibans. Mais récemment, un petit coin du rideau a été soulevé à la suite d’un évènement particulièrement atroce.

Mardi 9 octobre, Malala Yousafzai a été victime d’une tentative d’assassinat par des hommes armés alors qu’elle rentrait de l’école. Les assassins, masqués, ont pris d’assaut un bus rempli d’enfants terrifiés où ils ont identifié Malala et lui ont tiré deux balles à bout portant dans la tête et dans le cou.

Qui sont ces hommes qui font la guerre à des écolières sans défense ? Nous savons qui ils sont, car ils ont déjà admis leur culpabilité. Les lâches meurtriers qui ont commis cet acte ignoble estiment inutile de se cacher loin de l’opinion publique. Ils ne ressentent aucune honte, car ils sont tout à fait sans scrupules. Les talibans au Pakistan ont revendiqué la responsabilité de cet acte de sauvagerie sanguinaire.

Quel crime a pu commettre cette jeune fille de 14 ans qui puisse justifier qu’on lui enlève la vie ? Etait-elle une amie de l’impérialisme américain ? Etait-elle une supportrice de l’occupation de l’Afghanistan ? Etait-elle du côté du gouvernement pakistanais et de son armée ?

Non, elle n’était aucune de ces choses. Au contraire, Malala était du côté du peuple opprimé du Pakistan, de l’Afghanistan et de tous les pays. Elle était l’ennemie de l’impérialisme, des grands propriétaires terriens et du capitalisme. Elle soutenait la cause de la liberté, du progrès et du socialisme. Et pour cela ils ont essayé de prendre sa jeune et innocente vie.

Swat : du paradis à l’enfer

Le peuple pakistanais n’a peut-être jamais autant souffert que dans les régions montagneuses du Swat. La vallée du Swat est un endroit pittoresque qui était célèbre pour sa musique et sa tolérance. Auparavant, c’était la destination idéale pour des vacances ou pour y passer sa lune de miel. Maintenant, la région a été dévastée par une guerre dont la sauvagerie est particulièrement extrême à tous les niveaux.

En raison de sa proximité avec l’Afghanistan, cette belle région a été plongée dans une guerre sanglante, où l’armée pakistanaise, les impérialismes talibans et américains ont rivalisé entre eux pour la dominer.

Ce sont les talibans qui en ont pris les premiers le contrôle. Ils ont fait vivre un enfer aux habitants, obligeant les hommes à se laisser pousser la barbe, décapitant leurs adversaires, imposant la charia ainsi que d’autres mesures réactionnaires pour garder les masses dans un état d’ignorance et d’analphabétisme afin de faciliter leur domination par des mollahs et des fanatiques religieux.

Lors d’un incident, les talibans ont tué 14 personnes dans un village et pendu leurs corps dans les arbres en signe d’avertissement. Seules deux personnes ont osé enterrer les corps. Plus tard ils ont commencé à organiser la résistance contre ces terroristes et ils sont actuellement membres de la Tendance Marxiste Internationale (TMI). Malgré toutes les difficultés et les dangers, les camarades de la TMI du Swat ont organisé cet été, du 13 juillet au 15 juillet, une école marxiste très réussie.

Plus de 225 camarades venant des quatre coins du pays ont assisté à l’école. Même certains soldats étaient présents. La camarade Malala Yousafzai, était également présente et s’est exprimée lors des débats. Elle était pleine de confiance et d’enthousiasme pour la juste cause pour laquelle elle se battait.

Aujourd’hui, trois mois plus tard, elle se bat pour se maintenir en vie, dans les soins intensifs de l’hôpital de Peshawar, une balle logée près de son cerveau.

La nature réactionnaire des talibans

Certaines personnes vivant en Occident, et se considérant « de gauche », pensent qu’il est juste d’apporter un soutien aux talibans, parce qu’ils prétendent se battre « contre l’impérialisme ». Nous avons ici, à proportions égales, une belle combinaison d’ignorance et de cynisme.

Les talibans, ou tous autres mouvements de ce genre, incarnant la réaction déguisée, n’ont en réalité jamais été anti-impérialistes. Par le passé ils ont été commandités, armés et financés par l’impérialisme, qui les a utilisés contre l’armée soviétique en Afghanistan. Les médias occidentaux les ont alors décrits comme étant des « combattants de la liberté ». Maintenant ils les qualifient de « terroristes ». En fait, ce sont des terroristes contre-révolutionnaires, aussi bien par le passé qu’aujourd’hui.

Les mouvements réactionnaires tels que les talibans sont intimement liés aux grands propriétaires terriens et aux capitalistes. Ils défendent leurs intérêts, et en aucun cas ceux des pauvres, mais bien ceux des investisseurs privés, des gros marchands, des grands propriétaires terriens et des narcotrafiquants. Le fait qu’ils soient financés, armés et, dans une large mesure, contrôlés par les services secrets pakistanais (ISI) sous couvert de certaines personnalités hauts-placées de l’Etat, n’est un secret pour personne.

S’ils sont opposés à la présence américaine en Afghanistan, c’est parce que les services secrets pakistanais qui sont leurs maîtres et à qui ils obéissent, cherchent à transformer l’Afghanistan en colonie du Pakistan. Cela ne représente en aucun cas une avancée pour le peuple en souffrance de l’Afghanistan, car cela revient uniquement à changer l’oppression brutale d’un pays étranger par un autre.

La lutte contre l’impérialisme peut seulement être victorieuse à condition d’être menée par les travailleurs guidés par un parti marxiste révolutionnaire. Le véritable moyen de battre les impérialistes est de retirer et de déloger tous leurs points de support – les grands propriétaires terriens ainsi que les capitalistes corrompus. Le combat contre les oppresseurs étrangers ne peut être victorieux que s’il est lié à l’expropriation de la propriété privée de la terre et des grands moyens de production ; il ne peut y avoir de succès sans renverser le capitalisme.

Les marxistes pakistanais ont systématiquement dénoncé les connexions étroites entre les fondamentalistes islamistes et l’Etat pakistanais. Ils y ont gagné la haine impérissable des talibans, qui craignent, à juste titre, que l’influence grandissante des idées révolutionnaires marxistes ne les mine.

Au Swat, nos camarades ont réalisé un travail d’organisation des masses contre la réaction. En retour, bon nombre de camarades ont été victimes du terrorisme fondamentaliste. Un camarade vit avec 8 balles d’un G-3 (fusil de combat) dans son corps. Les camarades ont rapporté que seules sa volonté de vaincre la contre-révolution et sa haine de l’oppression étatique et talibane l’ont gardé en vie.

L’héroïsme de Malala

Après les horreurs de l’occupation talibane, l’armée pakistanaise a envahi la vallée, causant le chaos. Cette offensive a déraciné 1,2 million de résidants environ, qui ont été obligés de fuir. L’armée a également été coupable d’avoir bafoué les droits de l’homme, en commettant des meurtres, utilisant la torture et massacrant les prisonniers. Les civils ont été, comme d’habitude, pris entre deux feux.

Les contre-révolutionnaires talibans étaient particulièrement opposés à ce que les femmes jouent un rôle dans la société autre qu’être des esclaves domestiques. Ils ont interdit aux fillettes d’aller à l’école. Leur haine fanatique de l’éducation était telle qu’ils ont détruit des écoles et tué des enseignants. Le père de Malala est devenu le dernier directeur d’une école pour filles à garder ses portes ouvertes.

Pendant l’occupation du Swat par les talibans en 2009, Malala, âgée de 11 ans, prit position contre la fermeture des écoles pour filles. A l’heure où de lâches politiciens à Islamabad étaient occupés à calmer les talibans, elle les dénonçait fermement. Elle anima un blog pour la BBC en urdu sous couvert d’un pseudonyme, et continua à s’élever contre les talibans, faisant preuve d’un courage inouï. Ils commencèrent à la menacer, mais elle n’arrêta pas de poursuivre sa lutte, ce qui forgea de plus en plus son caractère et sa conscience politique.

Les chefs talibans entamèrent une propagande contre elle, étayée de fausses informations, l’accusant d’être pro-Obama et pro-occidentale. C’est un mensonge. Bien qu’elle soit fondamentalement opposée aux contre-révolutionnaires talibans, la camarade Malala était également opposée à l’impérialisme américain, et au régime corrompu bourgeois pakistanais. L’ensemble de ses principes, de ses idées et de ses actions suivait absolument totalement la même direction : le socialisme révolutionnaire et l’internationalisme.

Naturellement, à ce moment-là, cela arrangeait les bourgeois que quelqu’un comme elle expose les crimes des talibans. On lui a remis le prix national de la paix en 2011. Puis, les médias bourgeois ont cessé de suivre ses activités. Les informations concernant sa tentative d’assassinat font référence indirectement à son intérêt croissant pour la politique, mais sans indiquer en quoi cette politique consiste. En fait, elle était une sympathisante de la TMI.

Ce n’est pas difficile à comprendre. En ce moment même, la section pakistanaise de la TMI est la seule organisation de gauche qui existe au Swat. Au cours de ces dernières années, nos rangs ont augmenté suite à un afflux important d’anciens membres du parti communiste, demeurés fidèles aux idées de Marx et de Lénine, et qui continuent à lutter pour le socialisme en dépit de tous dangers.

Le rapport de l’école marxiste au Swat, que nous avons édité sur Marxist.com, conclut : « Cette école nous a donné l’énergie et la force nécessaires pour nous battre pour les idées du socialisme scientifique, qui nous fourniront une alternative au fondamentalisme religieux et au libéralisme bourgeois ».

Un représentant taliban, Ehsanullah Ehsan, a confirmé par téléphone que Malala avait bien été la cible, et que sa croisade pour les droits des femmes à l’éducation était « obscène ». La véritable obscénité est une société basée sur l’esclavage de millions de travailleurs et de paysans, et qui traite les femmes en esclaves d’esclaves. La véritable obscénité est le travail des enfants, l’analphabétisme, la pauvreté, la maladie et l’ignorance. Et c’est précisément ce que les talibans souhaitent perpétuer.

Malala est l’une des nombreuses jeunes camarades exceptionnelles qui cherchent une issue pour sortir de cette impasse infernale, en prenant la route révolutionnaire. Ce faisant, elle connaissait les risques qu’elle prenait. Elle était prête à mettre sa vie en jeu pour la défense des droits de l’homme fondamentaux, telle que l’éducation. Et elle en a payé le prix.

Chaque ouvrier dans le monde, ayant une conscience de classe, sera profondément touché par la tragédie d’une jeune fille sur qui de lâches assassins ont froidement tiré une balle dans la tête, son crime étant d’avoir défendu les droits des femmes. Nos cœurs saignent pour cette souffrance infligée à sa famille, à ses amis et à ses camarades. Nous souhaitons ardemment son rétablissement.

Cette attaque, violente et vicieuse, ne nous détournera pas de notre tâche, et n’arrivera pas à nous décourager. En révélant la bassesse et la cruauté de nos ennemis – qui ne sont que le condensé de la nature si basse et cruelle de cette société capable d’engendrer de tels montres –, notre détermination à continuer le combat n’en devient que plus forte et plus dure, comme l’acier. Nous continuerons coûte que coûte la lutte pour laquelle Malala a fait un si grand sacrifice.

Aujourd’hui, plus que jamais, le seul choix pour l’humanité est le socialisme ou la barbarie. C’est un choix entre les forces obscures et la lumière, entre l’ignorance et le savoir, entre la sauvagerie et la civilisation. C’est un choix facile à faire, et Malala l’a fait. Que sa vie et son courage soit un exemple pour nous tous.

A bas les meurtriers contre-révolutionnaires ! A bas l’impérialisme !
Nous nous battons pour la justice pour tous, pour une vie libérée de l’ignorance, de la violence et de l’oppression !

Nous nous battons pour un avenir meilleur, pour un monde socialiste.

Alan Woods

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *