En Italie, le maire de Riace menacé par le ministre de l’intérieur Matteo Salvini

0

Domenico Lucano, maire de Riace, paisible commune du sud de l’Italie, dans la région de Reggio de Calabre, près de Camini et de Stignano, met en place une politique très ambitieuse d’accueil des migrants depuis 2004, année où il a été élu. Il n’était pas un novice en la matière  puisque dès 1988 il dirigeait une petite association locale qui a accueilli une centaine de Kurdes, puis qui s’est activée dans l’accueil des migrants durant la décennie suivante.

En tant que maire,il a rénové les habitations laissées vacantes afin d’y loger les migrants par le biais d’une banque éthique.

600 migrants ont redonné vie a cette commune désertée par des populations parties s’exiler pour trouver du travail, améliorant la situation démographique et économique de Riace (maisons rénovées, réouverture de l’école et retour des petits commerçants, avec une population en paix). Au point d’inquiéter les réseaux mafieux, parce que Riace a été la seule commune à s’être opposée à la ‘Ndrangheta’, car la politique d’accueil des migrants du maire de Riace, Domenico Lucano, ne pouvait se faire sans dénonciation inconditionnelle des mafieux, et ce pour redonner vie à sa paisible commune.

la politique d’accueil des migrants du maire de Riace, Domenico Lucano, ne pouvait se faire sans dénonciation inconditionnelle des mafieux

Catherine Catella : «  Chacun a compris que c’était une vraie opportunité ! La seule opposition silencieuse est celle de la mafia qui voit d’un mauvais œil se perdre de potentiels « esclaves » pour leurs grandes exploitations.Mais la résistance du maire tient la mafia à distance, même si elle se livre à des intimidations. La réponse collective du village désarme la loi du silence. »Cependant, face à des difficultés économiques, les subventions de l’état pour le centre d’accueil extraordinaire (CAS) sont coupées en 2018 par le ministre de l’intérieur Matteo Salvini,, qui menace les aides du système de protection pour demandeurs d’asile et réfugiés (Sprar). En réaction aux coupes budgétaires, le maire de Riace entame des grèves de la faim.

Arrêté et placé en arrêt, tout à la fois soupçonné d’aide à l’immigration clandestine, des irrégularités pour des attributions de gestion financière des déchets, mariages blancs etc. Bien que tout ne soit pas tout rose sous la bourgade belle et rebelle, le travail mené par l’équipe municipale de la mairie de Riace ne se heurte à la moindre opposition, par pragmatisme, avec le retour de l’école, du commerce et des villageois(es) qui tiennent tête à Salvani et ses idées xénophobes et la ‘Nadrangheta’.La L.D.H compte interpeller le Président de la République pour réclamer la libération immédiate de Mimmo Lucano.

Rappelons que celui-ci est actuellement assigné à résidence et empêché de circuler sur tout le territoire italien.Le ministre de l’intérieur Matteo Salvini a proposé au maire de Riace l’exil à l’étranger comme seule alternative à cette assignation à résidence. Une grande partie des réfugiés qui ont été accueillis à Riace sont en cours d’expulsion par le gouvernement italien et son ministre de l’intérieur d’extrême-droite !!

Fabass Azazgour, militant de La Riposte, section d’Alès (Gard)

Share.

About Author

Laisser une réponse