Solidarité avec le Rojava !

Print Friendly, PDF & Email

(crédit photo : kurdishstruggle on Flickr)

Par Boris Campos, PCF 56

La décision du Président des États-Unis Donald Trump de retirer les troupes américaines du nord de la Syrie revenait à attribuer de fait un feu vert à Erdogan pour envahir cette zone, le Rojava, peuplée majoritairement de Kurdes. Par cette offensive, le pouvoir turc a pour objectif de détruire le projet politique initié depuis la libération du Rojava face à Daesh et porté par la communauté kurde. Ce projet avait permis à plusieurs populations et communautés religieuses de vivre en paix jusqu’à maintenant. Pour y mettre fin, l’Etat turc souhaite d’une part détruire les milices kurdes qui se sont battues contre Daesh, et d’autre part créer une zone tampon le long de la frontière afin d’y déplacer une population non Kurde, séparant ainsi les populations kurdes de Syrie et de Turquie.

Depuis le début des bombardements aériens et de l’offensive terrestre le 9 octobre, les attaques de l’armée turque et des djihadistes à sa solde ont causé une nouvelle catastrophe humanitaire dans la région. Les organisations de la société civile au nord de la Syrie ont souligné que l’armée turque ciblait les civils et le personnel médical et ont alerté sur l’utilisation plausible d’armes non conventionnelles1 . De plus, comme l’avaient averti les Forces démocratiques syriennes (FDS), de nombreux djihadistes détenus dans les prisons du nord de la Syrie ont profité de l’agression militaire turque pour s’échapper donnant ainsi l’occasion à Daesh de se renforcer.

Depuis le début des bombardements aériens et de l’offensive terrestre le 9 octobre, les attaques de l’armée turque et des djihadistes à sa solde ont causé une nouvelle catastrophe humanitaire dans la région

Les gouvernements occidentaux versent leurs larmes de crocodiles. Mais pourquoi ne décident-ils pas de déployer des troupes le long de la frontière turco-syrienne pour stopper l’invasion turque et protéger la population civile ? Pourquoi, au-delà des beaux discours, aucune sanction économique sérieuse n’est prise à l’encontre du régime d’Erdogan ? Pourquoi la coalition internationale de lutte contre Daesh n’intervient pas pour s’opposer à la renaissance de Daesh ? Où sont les défenseurs du camp de la “démocratie” lorsque se fait attaquer le seul projet démocratique dans la région ? Pourquoi ces gouvernements dits démocratiques deviennent les complices d’une dictature en Turquie ? L’écart entre leurs paroles et leurs actes est à la mesure de leur hypocrisie. Les impérialistes, y compris français, ne défendront jamais que leurs intérêts, pas celui des peuples.

L’Union Européenne a donc pris le parti politique, d’une part, de soutenir son geôlier par procuration. Car Erdogan tient un chantage infâme : que l’Union Européenne ne s’oppose pas à ses plans ou bien il ouvrira ses frontières auprès de 3 millions de réfugiés syriens sur son territoire. D’autre part, l’Union Européenne a pris le parti économique de ne pas faire obstacle à l’autorité d’un marché d’importance pour les capitaux européens. Au détriment des populations du Rojava ? Qu’à cela ne tienne.

Pour ce qui est des États-Unis, l’attitude de Trump, ses déclarations floues et contradictoires ne sont pas juste le fait de sa personnalité. Les interventions de l’impérialisme américain ont créé dans la région une situation chaotique qui dépasse même ses capacités de contrôle. La conduite à tenir a divisé et divise la classe dirigeante et les sommets de l’Etat. Et pour cause : ils sont dans une situation de laquelle ils ne pourront sortir que par la faute. Trump a donc opté pour de la politique intérieure à court terme : tenir sa promesse de retrait des troupes américaines avant les prochaines élections présidentielles.

Du côté de la Russie, elle cherchera par son soutien à “normaliser” la situation, à désarmer les milices du Rojava et à y obtenir la dissolution des structures politiques. Dans ce jeu de négociation, la vie est une monnaie d’échange. Rappelons nous que lors de l’intervention d’Afrin, début 2018, avant de venir s’interposer, Moscou avait délibérément ouvert l’espace aérien aux bombardiers turcs. Concernant le Rojava, l’impérialisme russe ne voudra rien d’autre que sa soumission.

L’espoir ne viendra pas non plus de l’ONU. Les rivalités impérialistes vont la rendre impuissante, une fois de plus. Mais même dans l’hypothèse qu’elle puisse intervenir ou qu’elle autorise une intervention, elle n’apporterait qu’une caution morale à une intervention dont la nature n’en demeurerait pas moins impérialiste. Obtenir un mandat de l’ONU, c’est déposer un pétale de rose sur une grenade.

Celles et ceux qui ont donné 11.000 vies dans la guerre contre Daesh et développé dans la région un système politique fondé sur la démocratie, le pluralisme et l’égalité des genres ont lancé un appel à la solidarité internationale. Le projet d’émancipation sociale du Rojava coïncide avec les intérêts de la classe ouvrière, qu’elle soit turque, iranienne ou occidentale. Au milieu du fracas impérialiste, c’est la seule alliance qu’il ne faudra pas briser.

1  “Agression militaire turque contre le Rojava: Évolutions, bilan ….” 18 oct.. 2019, https://cdkf.fr/agression-militaire-turque-contre-le-rojava-evolutions-bilan-et-mobilisations/. Date de consultation : 22 oct.. 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *