Lettre ouverte à André Chassaigne

Print Friendly, PDF & Email

Pour signer cette Lettre ouverte, remplissez les champs en fin de texte.

Cher camarade,

Pierre Laurent et de nombreux dirigeants nationaux du PCF proposent que Jean-Luc Mélenchon représente le Front de gauche à l’élection présidentielle de 2012. Cette position est très loin de faire l’unanimité au sein du parti. Beaucoup de camarades – dont nous sommes – défendent l’option d’une candidature issue du PCF. Concrètement, c’est surtout vers ta candidature que se tournent la plupart de ces camarades. Elle apparaît comme la seule alternative crédible à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. En conséquence, tes décisions personnelles pèseront lourd dans l’équation finale.

Les arguments en faveur d’une candidature issue du PCF ne manquent pas. Le plus fondamental, selon nous, découle de la crise profonde que traverse le capitalisme. Ce système est dans une impasse. Il ne peut plus se maintenir qu’au détriment des conditions de vie et de travail de l’écrasante majorité de la population. En France comme ailleurs, la classe dirigeante est engagée dans une offensive brutale contre toutes les conquêtes sociales du passé. En réaction, un nombre croissant de jeunes et de travailleurs cherche une alternative au capitalisme. Ce n’est donc pas le moment de mettre le PCF en arrière-plan d’une campagne électorale qui va dominer la vie politique du pays pendant des mois. Quoiqu’on pense de l’élection présidentielle, le fait est qu’elle va susciter énormément d’intérêt et de débats dans la population. Le PCF doit y figurer au premier plan, dans le cadre du Front de gauche, dont les communistes constituent d’ailleurs la très grande majorité des forces militantes.

Les idées communistes sont plus que jamais d’actualité. Nous devons mobiliser la jeunesse et les travailleurs autour d’un programme qui s’attaque à la racine de toutes les injustices et inégalités. Cette racine, nous le savons, c’est la propriété capitaliste des banques, des assurances, de la grande industrie, de la distribution, du secteur pharmaceutique, etc. Tant que l’essentiel de l’appareil productif restera sous le contrôle d’une poignée de capitalistes qui en tirent d’énormes profits, nous ne pourrons pas régler les problèmes brûlants qui frappent la masse de la population. Nous devons donc défendre la nécessité de nationaliser les principaux leviers de l’économie et de les placer sous le contrôle des salariés eux-mêmes, dans le cadre d’une planification rationnelle et démocratique de la production.

Pour défendre les idées et le programme du communisme, il faut naturellement qu’ils soient portés par le candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle. Ce ne peut être qu’un candidat issu du PCF. Les mesures que défend Jean-Luc Mélenchon sont très en deçà de ce qui s’impose pour en finir avec la régression sociale, la misère et l’exploitation. Par exemple, le dirigeant du Parti de Gauche avance l’idée d’un « salaire maximum » des patrons, qui ne serait jamais plus de 20 fois supérieur au salaire le plus bas, dans les entreprises. Cette mesure est présentée comme un moyen d’augmenter mécaniquement les bas salaires, sous l’effet d’un « cercle vertueux ». Ce n’est pas sérieux. Qui peut croire un instant que le patronat augmentera les salaires des travailleurs proportionnellement à l’augmentation de ses propres revenus ? Le niveau des salaires est une question vitale pour le capitalisme, car elle est directement liée au niveau des profits. Même si une loi sur le « salaire maximum » était adoptée, les capitalistes la contourneraient en utilisant tous les circuits plus ou moins opaques par lesquels ils se rémunèrent déjà. Au fond, la théorie du « cercle vertueux » propose d’imposer au capitalisme de ne plus fonctionner suivant ses lois fondamentales. Ce qu’il faut, c’est une augmentation de tous les bas salaires, l’indexation des salaires sur le coût de la vie – et l’expropriation des capitalistes qui refuseraient d’appliquer ces mesures. D’ailleurs, si l’on veut vraiment supprimer les revenus indécents des grands patrons et actionnaires, il faut nationaliser leurs entreprises et les placer sous le contrôle des salariés.

Nous n’entrerons pas davantage, ici, dans le détail des propositions de Jean-Luc Mélenchon. Dans leur ensemble, elles constituent une tentative pour résoudre les problèmes des travailleurs sans s’attaquer aux fondements du système capitaliste. L’expérience montre que c’est voué à l’échec. Soulignons que Mélenchon défend son programme, pendant qu’on parle aux communistes de l’élaboration collective d’un « programme partagé ». On finit par se demander si on n’est pas en train de découvrir ce programme partagé au rythme des interventions médiatiques du dirigeant du Parti de Gauche. C’est une source d’irritation croissante, chez les militants communistes. Ils ont aussi été choqués par le soutien de Mélenchon à l’intervention impérialiste en Libye. C’est un avertissement très sérieux. D’une part, cela éclaire les limites politiques de Mélenchon. D’autre part, cela souligne que sa candidature poserait sans cesse le problème du contrôle politique de sa campagne électorale. S’il est investi, qui pourra l’empêcher de prendre, au fil de l’actualité, des positions qui vont à l’encontre des principes et des idées communistes ? Personne ne s’imagine qu’un « collectif de campagne » y suffira. A l’inverse, une candidature issue du PCF permettrait, par le biais du parti, un contrôle plus direct de la campagne électorale, d’autant que les communistes constituent la vaste majorité des forces militantes du Front de gauche.

Les militants doivent avoir le dernier mot

Tu connais bien la frustration qui existe, dans le parti, vis-à-vis des méthodes employées pour avancer la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Tu as publiquement dénoncé l’interminable « hypocrisie » de la direction du parti, qui a soigneusement préparé le terrain sans le reconnaître. A présent, on soumet les communistes au chantage suivant : soit Jean-Luc Mélenchon est notre candidat, soit c’est la fin du Front de gauche. Ces manœuvres n’ont pas échappé à de nombreux communistes, qui s’en plaignent au moins autant que de la promotion de Mélenchon elle-même. A cette situation de malaise dans le parti, il y a une solution simple : le débat démocratique et le vote des militants.

Le débat démocratique se poursuit dans les sections, malgré tout. Mais sur la question du vote qui doit conclure ce débat et le trancher, il y a un élément important qui relève désormais de ta décision personnelle. Tu as déclaré à plusieurs reprises que tu te soumettrais à la proposition de la Conférence Nationale des 4 et 5 juin. Or, la Conférence Nationale ne pourra pas refléter exactement l’opinion réelle de l’ensemble du parti. La direction y pèsera de tout son poids. Et puisque le congrès a été repoussé, le seul moyen de connaître l’opinion du parti sur une question qui le divise, c’est la consultation directe des militants. C’est d’autant plus nécessaire que Mélenchon est beaucoup moins soutenu à la base du parti qu’au sommet. Si ta candidature n’était pas retenue par la Conférence Nationale et que, dès lors, tu y renonçais, on risquerait de prendre une décision contraire à l’opinion d’une majorité de camarades. Ce ne serait pas acceptable. La seule solution, c’est que dans toutes les hypothèses, quel que soit le vote de la Conférence Nationale, ta candidature soit soumise au vote des sections, les 16, 17 et 18 juin.

Pour expliquer ton intention de t’en tenir à la proposition de la Conférence Nationale, tu as avancé un argument qui a surpris beaucoup de camarades. Tu as dit qu’un vote de l’ensemble des militants du Front de gauche, sur toutes les candidatures, ne serait pas opportun parce qu’il te serait forcément favorable, étant donné le poids des militants communistes au sein du Front de gauche. Tu as parlé du risque d’un vote « identitaire » des communistes. Nous ne pouvons pas être d’accord avec ce point de vue, qui revient à présenter les idées des communistes comme un obstacle au Front de gauche. Surtout, il nous semble que la prépondérance des communistes au sein du Front de gauche est plutôt un argument en faveur d’une candidature issue du PCF ! Et si le vote des militants le confirme, ce sera simplement le résultat d’un choix démocratique.

De nombreux camarades ont craint que ta candidature ne soit qu’une sorte de diversion. Dans ta Lettre ouverte aux communistes, début janvier, tu as toi-même souligné qu’elle risquait d’être « un leurre pour préparer, dans une confrontation inégale, la désignation du candidat imposé », à savoir Mélenchon. C’est très exactement ce que craignent beaucoup de camarades, aujourd’hui encore. Et le seul moyen de lever ces doutes, c’est d’annoncer que tu maintiendras ta candidature au-delà de la Conférence Nationale, quelle que soit la proposition qui y sera votée. C’est une condition essentielle pour que la désignation de notre candidat à la présidentielle fasse l’objet de débats et d’une procédure vraiment démocratiques.

Salutations communistes.

Posted Under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *