Comme à la guerre : les pauvres en chair à canon

Print Friendly, PDF & Email

Macron s’est voulu très clair dans sa dernière allocution en parlant de guerre jusqu’à 6 fois durant son discours. Il n’avait alors pas conscience que les travailleurs réaliseraient que leurs employeurs les envoyaient au front sans arme, ni équipement. Très rapidement les salariés ont pris la mesure du risque encouru et ont fait valoir massivement leur droit de retrait dans toutes les entreprises non vitales. Le Medef a alors réagi pour défendre le patronat qui se trouve bien impuissant devant les salariés unis contre eux. Il a supplié le gouvernement d’agir et il a agi. Pénicault a invectivé la fédération du bâtiment, car le syndicat a demandé à ce que tous les chantiers urgents soient arrêtés. La fédération du bâtiment n’est habituellement pas celle qui prend le plus de précautions avec ses salariés cependant elle a joué pleinement son rôle. D’autres employeurs n’ont en tête que leur bénéfice qui sera, de fait, en chute libre à la fin de l’année.

Les exemples de l’envoi aux charbons des salariés se multiplient, mais prenons en deux :

– La Poste d’abord qui se dit entreprise essentielle au fonctionnement de l’État et dont le directeur du service courrier se souvient lorsqu’il le souhaite qu’il a une vocation de service public. Pourtant lorsqu’il ferme des guichets dans les villages et quartiers populaires ou supprime à tout va les tournées de facteur, là il l’oublie. Il a pourtant déclaré : « tous les agents seront protégés pour exercer leur service ». Pour autant La Poste a mis plus d’une semaine à fournir du gel à tous ses agents et la majorité de facteurs ne dispose toujours pas de gants et de masque. Le résultat ne s’est pas fait attendre : une hospitalisation d’un facteur à Versailles et Mantes-la-Jolie pour suspicion de Covid19 et une mise en coma artificiel d’un jeune de 25 ans à Paris. Selon le syndicat SUDPTT, plus de 350 cas avérés ou de suspicions sont recensés après cette première semaine de confinement. Le chiffre devrait suivre la montée nationale dans les prochains jours. Mais plus inquiétant encore est que le facteur est en contact avec énormément de monde. Chaque facteur est en contact étroit avec ses collègues dans le centre de préparation des tournées pour distribuer le courrier en touchant des centaines de poignées de portes, boutons d’ascenseurs et évidemment les boîtes aux lettres. Malgré le fait qu’ils prennent (enfin) des précautions dans leur distribution de recommandés et colis, le virus survit plusieurs jours sur le plastique et métal. Un facteur infecté est un vecteur non négligeable pour la population. La Poste devrait être à l’arrêt complet.

– Téléperformance est une multinationale d’origine française qui permet aux entreprises de sous traiter le service de relations clients, l’assistance technique ou même le recouvrement de créances. Cette entreprise a été chargée par l’État de gérer un numéro vert de diffusion d’information autour du covid19. Le problème est que les employés sont les uns sur les autres, sans masques, sans gel et qu’ils expliquent tout la journée des consignes que leur employeur ne respecte pas. Encore une fois, le résultat ne s’est pas fait attendre : à Bordeaux un premier salarié a été confirmé comme infecté par le virus. À Belfort les salariés ont fait valoir leur droit de retrait. Comble de la perversion, la direction a appelé la police, car ils étaient rassemblé à plus de 20 personnes en bas de leur entreprise. L’entreprise ne se pose pas la question de la santé de ses employés.

Nous pourrions multiplier les exemples de ces patrons assassins, d’Amazon à Safran ou encore de Zalando à DPD, mais si les entreprises sont égales à elle-même, le véritable responsable est l’État. Au-delà de la crise sanitaire que nous pouvons très largement mettre sur le dos de la mondialisation débridée, la guerre de classe se manifeste très clairement dans cette période. Tandis que le patronat a peur des conséquences financières avant les conséquences sanitaires, il envoie les salariés prendre tous les risques pour limiter la casse. L’État joue son rôle de serviteur de la classe dirigeante. Tandis que le syndicat des jeunes médecins ainsi que l’ordre des médecins ont demandé un confinement plus fort pour stopper la maladie, l’État le refuse dans l’unique but de sauver l’économie. Pourtant la décision de l’État de confiner tous les métiers non vitaux (à la différence d’essentiels) réglerait bien des problèmes. Dans ces conditions la Riposte se fait le relais de la CGT et appelle tous les salariés qui sont mis en risque à appliquer leur droit de retrait, de résister à la pression patronale et de sauver si ce n’est leur vie, sinon celle de leurs proches. La crise sanitaire montre clairement la différence entre les pays qui font passer l’intérêt économique des privilégiés avant l’intérêt général des peuples. Ce n’est pas pour rien que l’Italie reçoit l’aide du Venezuela et de Cuba et se fait voler ses masques et respirateurs par la République Tchèque. Une fois de plus, la situation montre que le seul salut de la classe ouvrière se trouve en elle-même lorsqu’elle prend le pouvoir.

FL, CGT FAPT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *